La Biodiversité est à préserver !

Struthio Camelus sera de retour !

Dorcas en captivité !

Merci pour vos suggestions contributives. Bien cordialement.

DJARNIA

Le plausible retour de l´Autruche !

Autruches dans la réserve de Labiod (Ain El Ibel-Djelfa-) Djarnia - 2010

Comment réhabiliter l´Autruche dans son milieu d´origine ?

L´Autruche de l´Afrique Nord oasien était, ce qu´est le Kangourou en Australie, sauf que ce dernier a survécu aux aléas de la vie, à la sécheresse, aux anciennes chasses, aux traques arbitraires et mercantiles ! Mais c´est surtout son respect en tant qu'animal sauvage imposant et royal et de liberté que les aborigénes préférent conserver comme patrimoine dans leurs traditions ancestrâles.L' Afrique du nord, domaine principal de l' Autruche Camelus offre séquelles et témoignages lointains d´un oiseau qui a été persécuté jusqu´à son anéantissement total. Qui peut  tenter de Réhabiliter l' espèce avec les moyens de bord si ce n´est pas l ´état lui-même sans pour autant exclure des élevages intensifs et partagés suivis de  lâchers  appropriés en semi-liberté sous la protection des institutions habilitées et contre les chasses et braconnages intempestifs ?

La formation du personnel adéquat, le suivi permanent, la sensibilisation des populations avec des mesures juridiques de protections et  de contrôles  stricts  de l' oiseau libéré manquent à l' appel.

De l'autre côté, l´Autruche (Struthio Camelus) d´Afrique, cet oiseau géant, non volant, est représenté partout dans les gravures rupestres du Paléo Néolithique (environ 9000-7000 ans), dans tout l´Atlas présaharien, en partant d'Aïn Sefra, jusqu' à Aflou, Laghouat, Djelfa, Boussaada, Biskra, Tébessa  selon la flexure de l´Atlas saharien d´Algérie, mais aussi en Tunisie  du sud, le Maroc du Moyen Atlas et dans le désert de Libye.

Son éradication définitive de l´Afrique du Nord, surtout le long de l´Atlas et des hauts plateaux, provient vraisemblablement de la chasse lucrative des premiers occupants gréco-romains des territoires libyques (actuel Maghreb arabe), qui ont dû profiter des graNDES réserves initiales à des fins de loisirs de CHASSES, de sports, mais  aussi pour en soutirer les dérivés comestibles et décoratifs ( viande, plumes, coquille d´oeuf, cuir, graisse, os, et trophées de combats).

A l´exemple de ce pionnier de Djelfa qui nous a fait visiter son parc animalier de réhabilitation Si Labiod d´Ain el Ibel, l´initiative de cet amoureux de la Biodiversité oasienne est à multilier afin de rendre les espaces oasiens plus vivaces ! L´idéal de la rehabilitation/réproduction prolifique, libre et intéressante de cet oiseau éradiqué du patrimoine écologique saharien est de pratiquer des lâchers réguliers suivis par GPS, moyennant une logistique de protéction et de suivi de l´espèce à préserver dans son espace de parcours. Par souci d´efficacité, plusieurs micro réserves peuvent être orientées sur de l´élevage économique intensif et partagé, à fort potentiel de reproduction sur plusieurs générations. Le retour sur investissement est garanti dès la troisième année d' exploitation. Ainsi, l' Autruche Struthio Camelus d´Afrique du nord peut conforter sa prolifération une fois protégée par des mesures législatives régionales strictement observées !

Pour accompagner convenablement cette mesure écologique, il faut prévoir également le cadre de la protection juridique des espèces  mis en semi-liberté afin d´atteindre le bon chiffre de reconstitution par une prolifération exponentielle et surveillée.

Bon courage à celui qui se lance dans l´élevage de l´oiseau rare ! Cela lui  vaudra tous les honneurs, et lui permettra la réintroduction d'une espèce totalement éradiquée de son habitat naturel, un savoir-faire à acquérir par les jeunes générations afin d´organiser la protection de la faune endémique largement déficitaire dans les oasis qui n´ont que peu de divertissements attractifs à but lucratif ou non lucratif !

Pour toute question concernant l´élevage de l´autruche, adressez-vous à mon site : www.djaromed.fr ou mettez en évidence vos contributions par le biais de mes mails : djar.rob@laposte.net et/ou, djaromedia@gmail.com.

Nous attendons vos appels et dons que vous pouvez adresser à notre adresse ou à notre partenaire Mr BRIK.M, qui préside l'association El Argoub et s'occupe de l'élevage et de l'agriculture biologique des oasis de Bordj Snouci ( Laghouat).

Note particulière/

Nous conseillons et orientons pour des lancements de micro-projets d'élévage et de reproduction de l'autruche et encourageons toute initiative orientée objet, comme celle de MEK énergie & Filiales,  Directeur Rachid, installateur des panneaux solaires, prêt-à-porter et à domicile, et qui s´érige en adepte de la protection écologique de la biodiversité saharienne. Cette entreprise souhaite lancer plusieurs projets écologiques y compris l'élévage de l'autruche dont les pionniers salutaires et courageux sont tant attendus dans l' Atlas présaharien !

Le colonel Marguerite installé à Laghouat après la prise de la ville en 1852 s´intéressera à la chasse de l´Autruche avec les Mekhalif.

BENBELKACEM MOHAMED 10.05.2018 08:33

BONJOUR . JAIMERAIS BIEN CREER UN ELEVAGE DAUTRUCHES.ESTCE QU IL YA UN MOYEN DE FAIRE UN STAGE DINITIATION ACET ELEVAGE PREALABLEMENT A LACHAT DAUTRUCHONS.

Commentaires

16.09 | 18:19

a quelle date dinet a fait sa visite à guerrara merci

01.09 | 20:19

Un beau site riche en informations et en images Bienvenue sur la com...

16.06 | 14:41

Si cette image est de Guerrara, soit, qu ´elle devienne la bienvenu...

08.03 | 18:46

Cette photo c'est pas du Boussaada c'est du Guerrara wilaya de Ghardaia